La synthèse de nanoparticules par l’utilisation du potentiel bio-réducteurs d’extraits de plantes est mise en évidence dans différents travaux depuis quelques années. Fort de ce constat, Torskal décide de valoriser les plantes de l’île de La Réunion, hot spot de biodiversité, dans la synthèse de ses nanoparticules d’or.

Nanotechnologie verte

Les nanoparticules proposées par Torskal sont réalisées par chimie verte (par bio-réduction de sels métalliques HAuCl4), avec des extraits bruts et/ou purifiés de plantes. Ces extraits ont pour double action de réduire le métal et de stabiliser la nanoparticule formée.

La taille et la forme des nanoparticules formées peuvent être modulées par différents facteurs lors de la synthèse.

Le ratio oxydant/réducteur, le pH du milieu réactionnel, le temps de réaction sont autant de facteurs pouvant influer sur le composé final. Des travaux d’optimisation de synthèse ont été effectués par Torskal pour augmenter le rendement et comprendre la formation des nanoparticules. Pour ce faire Torskal bénéficie d’un partenariat avec plusieurs laboratoires:

  • CSPBAT (Chimie, Structures, Propriétés de Biomatériaux et d’Agents Thérapeutiques)/ UMR CNRS 7244, Université Paris XIII, équipe du Dr Jolanda Spadavecchia (https://cspbat.univ-paris13.fr/)
  • ICSM (Institut de Chimie Séparative de Marcoule)/ UMR5257 CEA CNRS, UM, ENSCM, équipe du Dr Serguey Nikitenko et Dr Tony Chave  (http://www.icsm.fr/)
  • LPQM (Quantum Molecular Photonics Laboratory)/ UMR CNRS 8537, équipe du Pr Bruno Palpant (http://lpqm.ens-paris-saclay.fr/)