Genèse du projet

Le cancer en quelques chiffres

Le cancer demeure un problème majeur de santé publique. Il constitue la deuxième cause de mortalité aux États-Unis et dans le monde, concernant plus de la moitié de la population. Cette maladie était responsable de 8,8 millions de morts en 2015 dans le monde. Près d’un décès sur 6 est dû au cancer à l’échelle mondiale.

Genèse du projet

Le produit de santé idéal est celui qui ne donne pas d’effets secondaires, est efficace contre la tumeur et s’accumule dans la tumeur. À l’inverse, s’il est distribué partout, il devra être non toxique et activé à distance. En ajoutant des ligands spécifiques à leur surface, les nanoparticules pourront se déplacer à des endroits ciblés dans notre organisme. Le but de l’utilisation de ces nanoparticules est d’améliorer la thérapie, tout en évitant l’exposition de notre organisme à un risque de toxicité. Certaines nanoparticules sont aujourd’hui développées pour être utilisées comme théranostique, méthode utilisant l’imagerie pour cartographier les sites cancéreux afin de les traiter de manière ciblée.

« J’ai utilisé les connaissances acquises en chimie et biochimie pour concevoir cet outil : un objet hybride de type nanotheranostic fabriqué à partir d’éléments naturels, capable de détruire les cellules tumorales par la chaleur sans affecter les cellules saines », Anne-Laure Morel

Une problématique

La chimiothérapie conventionnelle reste toxique, peu ciblée et conduit à de nombreux effets indésirables. L’immuno-oncologie et la médecine personnalisée sont controversées en UE en raison de leurs coûts prohibitifs et l’efficacité de l’immunothérapie est discutée par les médecins. En réponse à ces problèmes, Torskal crée des anticancéreux non toxiques et conçus par un procédé écologique à partir de plantes médicinales, d’eau et de sels d’or.

Le mécanisme d’action de la photothérapie plasmonique :

1)      Les nanoparticules sont injectées par voie intraveineuse ou intratumorale selon le cancer. Si la tumeur se trouve à la surface et est accessible par la chirurgie, le produit sera injecté par voie intratumorale ; En revanche, si le foyer tumoral demeure inaccessible, la voie intraveineuse sera requise. Le ciblage est actif et passif. Il tire l’avantage de l’EPR, qui est un phénomène biologique rendant poreux les vaisseaux sanguins. Le deuxième ciblage est actif grâce à l’emploi de peptides. Les nanoparticules sont internalisées dans la cellule

2)      Ces cellules qui ont accumulé les nanoparticules sont irradiées dans le proche infrarouge.

3)      Hyperthermie, c’est-à-dire augmentation de la température au niveau local

4)      Aboutissant à la destruction thermique de la cellule par apoptose

Notre vision :Réduire les dommages causés par la chimiothérapie conventionnelle et la radiothérapie. Détruire en une seule dose la tumeur, par la chaleur sans affecter les tissus sains.

Distinctions

2015 : Lauréat Ilab BPI France en catégorie émergence

2017 : Prix coup de cœur du jury de business France, FrenchTech tour India

2017 : Prix stratégie de BCG au concours innovation d’Outremer Network

2018 : Membre de la délégation française G20 YEA à Buenos Aires, Citizen Entrepreneur

2018 : Agréée au titre du CIR par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche

Financements

La société a reçu le soutien de nombreux partenaires (l’Union Européenne, l’Etat, le FEDER, la Région Réunion, la CINOR) pour le financement du premier programme de recherche intitulé Nanothéranostics.

La société est entrée en incubation au sein de la Technopole de La Réunion. Elle a bénéficié d’un accompagnement par plusieurs structures facilitatrices de l’innovation à La Réunion (la pépinière d’entreprises CBTECH du GIP CYROI, l’agence régionale de développement NEXA, Initiative Réunion Entreprendre et son comité Alizés). Torskal est membre des JDS et du réseau Outremer Network (OMN).

Torskal est membre de la délégation française du G20YEA et a participé à la dernière mission organisée pare Citizen Entrepreneurs en Argentine en septembre 2018.